Je recherche

Deux parcours cliniques en cours d’élaboration

Professionnels
Deux parcours cliniques en cours d’élaboration
Publié le 18 Novembre 2019

Deux groupes d’acteurs de santé du Niortais travaillent sur l’élaboration de parcours cliniques pour des patients porteurs de maladie chronique : les insuffisants cardiaques et les diabétiques de type 2.

Depuis le mois de septembre, une vingtaine d’acteurs de santé libéraux et hospitaliers du Niortais (médecins, infirmiers, pharmaciens, cadres de santé…) et quelques usagers se réunissent chaque mois pour travailler les uns sur l’insuffisance cardiaque, les autres sur la prise en charge des patients diabétiques. Ces séances de travail se sont mises en place dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale Article 51 qui invite les acteurs de santé à expérimenter des organisations et modes de financement innovants sur le territoire.

« Fédérer les professionnels »

Fort des relations ville-hôpital nouées depuis dix ans, « nous avons candidaté pour le programme d’incitation à une prise en charge partagée afin d’élaborer deux parcours cliniques", explique Bruno Faulconnier, directeur du Centre hospitalier. Une action qui s’inscrit dans le cadre de la Communauté professionnelle territoriale de santé du Niortais (CPTSN). A partir de problèmes de santé publique identifiés ensemble, les acteurs de santé vont concevoir un plan d’actions, construire des parcours cliniques permettant de clarifier qui fait quoi, et, à terme, inscrire les patients du territoire dans ce réseau ville-hôpital. Les professionnels de la CPTSN, conscients des enjeux de santé de demain, se sont emparés du projet. « Cette expérimentation va dans le bon sens en permettant de fédérer les professionnels de santé d’un territoire », confirme Alexandre Taphanel, médecin généraliste président de la CPTSN, avant de poursuivre : « La prise en charge du patient est globale, elle doit s’appuyer sur les médecins, les infirmiers, les pharmaciens, les chirurgiens-dentistes, les sages-femmes, les kinésithérapeutes… ».

« Dans le respect des missions de chacun »

Le Dr Bernard Pénicaud, pharmacien, qui participe au groupe sur le diabète, « met de l’espoir dans cette expérimentation. Il est important de réfléchir au parcours patient et aux changements à mettre en œuvre dans le respect des missions et formation de chacun ». Il souhaite que cette expérimentation « fasse bouger les lignes ». « Nous devons travailler sur la prévention et voir comment éviter les ruptures de soins », complètent Karine Morin, directrice des affaires générales et médicales, et Gaëlle Le Bayon, adjointe de direction à l’hôpital.

Six réunions au total sont prévues pour chaque groupe jusqu’en février 2020.

 

La CPTSN est accompagnée

Pour cette expérimentation, les deux groupes de travail, émanant de la CPTSN, bénéficient du soutien de la Fédération hospitalière de France (FHF) qui accompagne cinq territoires dans cette démarche de responsabilité populationnelle (l’Aube et le Sézannais, la Cornouaille, le Douaisis, la Haute-Saône et les Deux-Sèvres). Elle met à la disposition des professionnels de santé des outils de travail, notamment des indicateurs sur les populations identifiées (insuffisants cardiaques et diabétiques de type 2). Sa méthodologie s’appuie sur la stratification de groupes de patients en différents profils afin de programmer des actions adaptées, allant du contrôle régulier des symptômes aux actions ciblées de prévention.

La CPTSN est accompagnée également par le cabinet Adopale, société conseil, qui organise et anime les réunions de travail. 

 

Réalisation

Intuitiv